Voici quelques notes tirées de la conférence d’Elisabeth Nuyts à Valence en Novembre 2013, et de son livre « Dyslexie, dyscalculie, dysorthographie, troubles de la mémoire : prévention et remède », autoédition, 2012. Présenté en assemblée de parents en Janvier 2014.

« La plupart du temps, un enfant est en échec parce que nous n’avons pas trouvé sa porte d’entrée. »
La mise en place d’un apprentissage conscient

: Vu le temps passé en classe, les grands apprentissages de base lecture, écriture, calcul, déterminent en grande partie le mode de pensée ultérieur de la personne. Tout apprentissage consiste à monter des circuits neuronaux qui seront réutilisés automatiquement par la suite. Il faut que ces circuits permettent :
– L’intégration consciente des informations sensorielles

– La prise adéquate de repères spatiaux-temporels

– La compréhension fine

– La mémorisation à long terme

– L’expression libre de sa propre pensée

Par expérience, nous voyons que chacune de ces étapes nécessite la parole et le respect du mode cognitif de chacun.

Parole et intégration consciente des informations sensorielles :

Le cerveau d’un enfant est très différent de celui d’un adulte. Il ne suffit pas pour un enfant d’avoir des bons yeux pour voir, des bonnes oreilles pour entendre, des mains pour explorer le monde… il lui faut aussi établir des connexions entre ses yeux, ses oreilles, ses mains et sa conscience pour pouvoir le percevoir consciemment. Ces connexions nécessitent le langage. Sans parole, le monde lui reste extérieur, il sera dépersonnalisé. Il faut donner à l’enfant très tôt l’habitude de mettre en mots ses différentes perceptions.

Le rôle de l’environnement est important:

Famille : nos relations, contacts, sourires … et notre parole construit l’enfant. Ses multiples questions et les réponses de l’adulte lui permettent d’établir un lien entre ses propres perceptions et le monde qui l’entoure ; ainsi commence à se construire la logique et le rapport conscient au monde.

Ecole maternelle : attention aux comptines qui prônent le silence, la fermeture, les vilaines mains… et qui mènent à une programmation au silence des activités scolaires, silence qui induit un apprentissage intuitif. C’est la parole qui permet l’accès à la conscience, c’est le langage qui construit l’homme. A l’école l’enfant devra encore parler pour découvrir son environnement, parler pour se latéraliser, bouger et parler pour intégrer les différentes parties de son corps, ses mouvements… parler pour maitriser ses gestes fins, coloriage graphisme, parler pour écrire. L’enfant a besoin pour grandir psychologiquement et intellectuellement, de découvrir le monde en bougeant, en touchant, en nommant les choses, en posant des questions. C’est l’approche de Maria Montessori : respecter ses besoins en lui faisant associer la parole à toutes ses découvertes visuelles, tactiles, spatiales et auditives.

En élémentaire, il faut encore impérativement parler pour lire et pour écrire, parler pour établir des liens, comprendre et mémoriser consciemment. Il y a plusieurs façons de lire. La seule qui soit véritablement consciente et donc mémorisable à long terme doit passer longtemps dans l’enfance par la parole, la lecture à haute voix, suivie d’explications de texte orales et écrites.

Adulte nous lisons silencieusement : nous nous entendons dans notre tête car notre voix a fini par s’intérioriser. Cette voix se construit : la pensée se construit par le langage extérieur d’abord, puis égocentrique, puis intériorisé (Vygotsky). La simple lecture des yeux (pédagogies actuelles) reste mécanique ; sans être relayée par la parole jusqu’au cerveau conscient, elle ne véhicule pas suffisamment de sens, s’oublie vite et n’apporte aucun plaisir.

Ecrire c’est parler aussi. Le crayon est fait pour exprimer quelque chose, des sentiments, idées personnelles.. sans parole l’écriture n’est qu’une forme, des tags, coupée de son but : l’expression écrite personnelle.

 » La parole c’est la vie ! C’est donc par la coordination constante entre œil, main, geste, oreille ET PAROLE, et ensuite par la mise en place de la pensée langagière, que commence la prévention de tous les dysfonctionnements. »

Travail intuitif et travail conscient :

L’homme a la capacité de penser de 2 façons, différentes mais complémentaires : la 1ère est innée, la seconde se construit lentement en interaction réfléchie avec l’environnement quand celui-ci le permet.
ap-20141000
Le premier accès à la connaissance se fait chez l’enfant de façon intuitive, par mimétisme et analogie. Il peut se mettre en place sans parole, le repère est l’espace; c’est un circuit à commande externe : je vois j’agis, j’entends j’agis; il mène à une mémoire mécanique). Ce fonctionnement intuitif est lié au cerveau limbique (droit) qui gère les émotions, affects ; ce circuit très rapide aboutit à l’intuition du sens et non au sens. Quand cela se construit sans lien avec les circuits conscients, la personne ne peut s’adapter à l’inconnu, n’est pas autonome, : ce circuit mène à la dépendance.

L’autre façon de penser exige quatre fois plus de temps. La pensée part aussi des perceptions, mais elle est oralisée ; c’est le temps d’analyser les infos sensorielles, de les peser, d’établir des liens…Ce circuit à commande interne, permet la mise en place de notre propre volonté. Fonctionnant de façon analytique, procédant par questionnement, ces circuits neuronaux nous permettent de prendre du recul par rapport aux affects, d’accéder, par l’analyse du langage à l’identité de l’être, à la conscience de soi différent des autres, de faire des découvertes… Etablir toutes ces relations prend du temps, mais ces circuits sont indispensables à notre autonomie.

Pour qu’un apprentissage soit efficace, il faut d’abord qu’il emprunte des circuits lents, à commande interne du cerveau conscient. Ce départ permet l’adaptation aux nouveautés mais aussi assure l’efficacité et la rapidité des futures actions complexes. Ensuite il peut être réutilisable par les circuits intuitifs.

Dans un apprentissage, quand on n’utilise que le circuit intuitif et rapide, ou qu’on l’utilise avant le circuit réfléchi, nous mécanisons cet apprentissage .

[post-views]

Comments are closed.

Recevoir nos lettres de nouvelles, infos sur votre email ?

Inscrivez vous sur notre liste !

Visiteurs

  • 33578Visiteurs Total:
  • 36Visiteurs aujourd'hui:
  • 45Visiteurs hier: